L'Upcycling c'est quoi ?

Signifiant littéralement "recycler par le haut", il s'agit de valoriser en reconditionant des textiles et vêtements existants en de nouvelles pièces dont la valeur est supérieure. Cela consiste à utiliser des objets ou des matériaux destinés à être jetés, pour les réintroduire dans la chaîne de consommation, après leur avoir redonné une valeur, un aspect, une nouvelle utilité rapport au produit de base

 

Ces dernières années, les consommateurs l'ont compris : stop à la surconsommation et ils sont de plus en plus nombreux à privilégier le réemploi des matières. En témoigne des plateformes qui explosent comme Vinted, au slogan ancré dans nos têtes: "Si tu ne le portes pas, vends le!", ou Patatam, qui revend elle-même aux distributeurs les vêtements qu'elle collecte.

La "fast fashion" a beaucoup fait parlé d'elle, elle est devenue un sujet de plus en plus controversé, et les grandes marques qui semblaient fermer les yeux sur la pollution causée par la fabrication de vêtements, se tournent peu à peu vers de nouvelles idées " anti-gâchi". Ainsi, Promod, Aigle, Kaporal, La Redoute, Auchan, Balzac Paris ou encore Eram font partie des nombreux acteurs à avoir lancé une initiative seconde main

 

Nous amener à produire différemment

Avec l’apparition du mouvement « slow-fashion », en opposition directe à la notion de fast fashion. En 2007, Kate Fletcher, autrice et consultante britannique pour les activités de design vestimentaire déclarait : « Nous pouvons concevoir un système différent qui peut faire de l’argent et qui peut produire des habits beaux et consciencieux, tout en respectant les droits des travailleurs et l’environnement ».

Manegane – Maroquinerie artisanale Française travaille ainsi avec ses pièces de maroquinerie, produites une à une, en quantité limitées et aux coloris variés, puisque les cuirs sont issus de stocks dormants de grandes maisons, permettant un renouveau perpétuel.

Un nouvel accessoire, demandé par la clientèle et remonté dans les résultats des sondages, fera d'ailleurs son entrée sur l'eshop au printemps 2022. À suivre...

La boutique physique Venitz, installée à Biarritz repose aussi sur ce concept, sa responsable et créatrice Morgane, travaille des vestes en jean et chemises dénichées au coup de coeur, et Morgane s'applique à leur redonner vie en apposant sa patte, broderies hautes coutures, application de tissus nobles chinées eux aussi. Proposant des articles éco-responsables au sein de la boutique, l' engouement est tel que son conjoint ouvre en 2021, la version "masculine "dans la même rue, et cela n'est qu'un début.

 

 

 

Le seconde main de plus en plus prisé

Beaucoup de gens refusent d'acheter des vêtements bon marché que d'autres ont portés, parce que l'achat de nouveaux vêtements tendance est toujours une priori absolue pour eux.

Mais on constate qu'aujourd'hui, 29% des Français achètent des vêtements ayant eu une première vie, ils n'étaient que 16% en 2018. L’achat de fringues de seconde main n’est plus réservé aux seuls fauchés ou aux modeux à la recherche d’un look décalé. C’est en train de rentrer dans les mœurs. 

La recherche de la perle rare se fait désormais ainsi, pourquoi? Parce que l'on trouve des objets, vêtements ou accessoires d'antan ou de générations qui nous ont fait vibrer, il y a une partie d' âme, de sentimental, de nostalgie et aussi, et cela est précieux: des assemblages et qualités de matières que l'on ne trouve plus aujourd'hui.

Le site hier-store reflète parfaitement cela. Martine, part à la recherche de pièces mode et maison ultra-chic aux coupes parfaites et matières de très belle qualités, c'est une partie d'âme que l'on achète, une histoire, et une pièce difficilement trouvable. Le plaisir d'être unique en portant ces articles ou d' embellir son chez-soi avec une pièce maitresse.

En effet, la mode d'occasion connaît un essor sans précédent grâce à internet. Si les vides-greniers et les friperies physiques restent des lieux d'achats importants, plusieurs sites internet et autres applications permettent d'acheter des vêtements d'occasion depuis chez soi, et connaissent un essor fulgurant.

Le seconde main deviendrait-il bientôt plus puissant que la " fast fashion"? C’est l’info choc mise en avant par Thred Up : en 2028, le marché du seconde main devrait être plus lourd que celui de la fast fashion. Le premier représente aujourd’hui 6 % des achats mode des Américains, quand les enseignes de la Fast Fashion atteignent 9 %.

 

 

 

" 51% des Français aimeraient trouver du seconde main en boutique "

En effet, depuis la crise sanitaire, la consommation éco-responsable a augmenté. On en distingue deux types de clients, chacun avec des attitudes et des comportements bien distincts.

Le premier profil correspond à ceux qui se contentent d'acheter du seconde main: à savoir des personnes de moins de 35 ans qui sont en quête d'articles à forte valeur ajoutée, qui cherchent de l'expérience et une certaine authentification.

Le second profil est ceux qui ont plus de 35 ans à la recherche de produits uniques et exclusifs.

" Pourquoi les consommateurs se tournent-ils vers les vêtements/accessoires d'occasions ? Les consommateurs ont eu une réelle prise de conscience quant à l'impact environnemental des vêtements"

Ainsi, d'après l'institut Kantar, 66% des Français interrogés aimeraient pouvoir déposer en boutiques, des articles pour le don ou la revente, 51% souhaiteraient trouver des offres de seconde main en boutique, et 37% préfèrent voir et toucher les produits lorsqu’il s’agit d’articles d’occasion.

 

La course entre fripes et fast fashion ne fait décidément que commencer et on ne peut que se réjouir de la direction que cela prend.


Articles :

Mode-le marché du vêtement d'occasion dépassera bientôt la fast fashion
Le marché de la fripe dépassera celui de la fast fashion en 2028
Enquête : 2020, année de la démocratisation de la seconde main
Quel avenir pour l'upcycling en France
L'upcycling, décryptage d'une tendance de mode durable